Acheter une maison en Espagne avec prêt hypothécaire

image property for sale in Spain

Les prêts hypothécaires fixes vivent l’un de leurs meilleurs moments. Au cours des derniers mois, son utilisation est devenue si répandue qu’elle est devenue une véritable alternative à l’euribor, l’indicateur de référence du marché hypothécaire en Espagne. Et c’est maintenant plus attrayant que jamais: en août a marqué son douzième minimum consécutif.

À la suite du fort décollage du taux fixe en 2016 et au début de l’année 2017, les statistiques les plus récentes reflètent une stabilisation qui place leur poids près de 40% des prêts immobiliers nouveaux qui sont formalisés. Cependant, le taux fixe n’est pas réglé au même rythme sur l’ensemble du territoire: avec la demande ou la stabilisation des prix, nous trouvons de grandes différences entre les autonomies.

Selon les données recueillies par l’Association des registres des biens, au deuxième trimestre de l’année, 38,51% des prêts immobiliers neufs en Espagne étaient liés à un taux fixe, alors que 60,15% eurib. Les 1,34% restants ont été liés à d’autres taux d’intérêt, comme l’IRPH.

Dans cette moyenne nationale, nous trouvons deux extrêmes: dans l’une d’entre elles se trouvent les autonomies méditerranéennes, les îles et certaines régions du nord, qui deviennent les régions où le taux fixe est balayé.

Dans le classement, on trouve jusqu’à sept communautés où le poids des hypothèques fixes dépasse 40% avec les Asturies au sommet: c’est la seule région où le taux fixe surpasse son rival variable, atteignant 53,27%. Le deuxième sur la liste est la Catalogne, avec 49,05%; suivie de Baléares (46,05%), de la Communauté Valencienne (46,01%), de Murcie (45,2%), de la Galice (42,06%) et des îles Canaries (41,41%).

À l’autre bout de la table se trouvent le Pays Basque (25,41%), Extremadura (25,46%), Navarre (26,88%), Aragon (27,3%) et Madrid %), qui occupent les cinq dernières places dans le classement avec moins de trois hypothèques fixes pour 10 formalisées entre avril et juin. Au-dessus de 30%, mais en dessous de la moyenne, on trouve Castilla-La Mancha (30,78%), Castilla y León (31,5%), La Rioja (31,99%), Cantabria %) et en Andalousie (37,89%).

Et quelle est la raison de ces différences? Selon Juan Villen, responsable des hypothèques idéalistes, «les zones où les étrangers ont un achat plus important ont généralement plus d’hypothèques à taux fixe, en étant un produit qu’ils connaissent bien: ils sont largement utilisés dans leur pays d’origine. De même, les résidences secondaires sont habituellement financées plus par des taux fixes, car elles sont prises comme un investissement et il est préférable d’éviter les peurs ». En outre, ajoute Villén, «le montant moyen est inférieur, de sorte que la différence avec la part d’une hypothèque à taux variable n’est pas si pertinente».

Outre les étrangers et les résidences secondaires, un autre facteur à prendre en compte est l’engagement plus ou moins élevé des taux fixes par les banques les plus fortes de chaque région. Par exemple, CaixaBank, BBVA et Sabadell, entités très fortes en Catalogne, font la promotion de tarifs fixes.

Et qu’en est-il de Madrid, du Pays Basque et de Navarre? Pour Villen, une partie de la réponse se trouve en ce sens qu’ils sont trois des autonomies avec le plus grand pouvoir d’achat de l’Espagne. « Dans ces régions, où les hypothèques et le pouvoir d’achat ont tendance à être plus élevés, les acheteurs sont plus enclins à des variables d’épargne à court terme et à leur capacité à absorber les futures augmentations de quotas lorsque l’Euribor laisse ses bas historiques » , insiste.

Pour l’instant, l’euríbor est encore installé sur un territoire négatif, mais l’année prochaine, on peut voir un changement de tendance. Le secteur financier lui-même est convaincu que, au printemps prochain, cet indicateur reprendra la tendance haussière, ce qui signifie que les hypothèques à taux variable deviendront de plus en plus coûteuses.

En ce sens, les experts se souviennent que l’euryb retournera tôt ou tard à des niveaux historiquement normaux (la moyenne d’environ 2,3%), sans oublier qu’avant que la crise ne parvienne jamais à descendre en dessous de 2%. Ainsi, étant donné que le marché suppose que les versements mensuels des prêts hypothécaires à taux variable deviendront de nouveau coûteux, de nombreux acheteurs achètent le grand avantage de l’hypothèque fixe: la tranquillité d’esprit que le même montant d’argent, du premier mois de vie du prêt jusqu’à la dernière.

Compare listings

Compare

We Call You

By submitting this form, I accept Terms & Conditions.

Nous vous rappelons

En soumettant ce formulaire, j’accepte Conditions générales de ventes.