whatsapp linkedin email-circle google-plus instagram facebook twitter color-manos color-avion color-sombrilla-hamaca color-editar marcador-mapa telefono email flecha-abajo flecha-derecha flecha-izquierda garaje superficie piscina exito email-exito bano dormitorio menu-hamburguesa cerrar flecha-arriba lupa teleoperador phone
Back
image radar-covid-espagne
Actualité
29 août, 2020

L’application Radar COVID

Si vous voyager en Espagne ceci vous intéresse:

Le gouvernement espagnol a developper l’application Radar COVID qui notifie de manière anonyme le contact éventuel que vous avez pu avoir ces derniers jours avec une personne infectée de coronavirus, en utilisant la technologie Bluetooth. Voici ce peut faire cette application :

✅ Communiquez anonymement votre diagnostic positif.

✅ Communiquez de manière anonyme l’exposition aux personnes avec lesquelles vous avez été en contact.

➡ De plus, Radar Covid est totalement anonyme, garantissant votre confidentialité et la sécurité de vos informations. L’application Radar Covid ne demande pas votre nom, votre numéro de téléphone ou votre adresse e-mail.

🔴Les liens pour télécharger l’application:

📲iOS- Apple

📲Android – Google play

L’application de recherche de contacts Radar COVID, conçue par le secrétaire d’État à la numérisation et à l’intelligence artificielle, fonctionne déjà dans huit communautés autonomes: Andalousie, Aragon, îles Baléares, Cantabria, Castille et León, Estrémadure, Murcie et les îles Canaries et sera disponible dans tout le pays. au 15 septembre, après avoir passé la phase de test.

L’application permettra aux utilisateurs de connaître leur niveau d’exposition au virus, de notifier de manière anonyme si leur diagnostic est positif et de communiquer le résultat à leurs contacts, sans révéler leur identité ou celle de leur téléphone mobile.

Le radar COVID a démontré dans la phase de test, réalisée à La Gomera entre le 29 juin et le 31 juillet, « son efficacité, sa fiabilité et sa précision technique » en augmentant le nombre de détections de contacts rapprochés à 6,4, contre au 3.5 enregistré par les trackers manuels sur les îles Canaries.

Quelles sont les étapes pour utiliser l’application?

La première étape consiste à télécharger l’application, disponible à la fois dans le système d’exploitation Android (depuis Google Play) et iOS (depuis l’App Store). Plus de 2,6 millions de personnes l’ont déjà téléchargé, selon le gouvernement.

L’application, conformément aux instructions au lancement, invite l’utilisateur à activer son Bluetooth « pour collecter et partager en toute sécurité des identifiants aléatoires avec les téléphones à proximité ».

En cas de diagnostic positif, l’utilisateur peut le notifier de manière anonyme via un code fourni par l’application elle-même.
L’utilisateur reçoit une notification s’il a été proche de quelqu’un qui a indiqué qu’il avait COVID-19. Les alertes sont partagées avec la date, la durée et l’intensité du signal associé à l’exposition.

Si vous avez été exposé ou si un résultat positif a été signalé, l’application recommande de suivre une série d’instructions sanitaires.

Comment ça marche?

L’application est basée sur la technologie Bluetooth, qui permettra à deux utilisateurs d’échanger des données de manière anonyme, à l’aide de leur téléphone portable, lorsqu’ils sont distants de moins de deux mètres pendant au moins quinze minutes.

L’application génère un code aléatoire et le partage avec les mobiles qui l’ont installée et qui sont à moins de 2 mètres de vous pendant au moins 15 minutes.
Ces codes sont conservés pendant 14 jours et si vous testez positif en PCR, le médecin vous donne un mot de passe, vous le mettez dans l’App et toutes les personnes qui ont été en contact reçoivent un avis indiquant qu’elles peuvent avoir été infectées. Il est très important de faire cette étape, sinon c’est inutile.

Si vous faites partie de ceux qui reçoivent un avis, ils font directement le test.

Le système est complètement anonyme et personne ne sait qui a été testé positif, ni personne ne sait qui sera averti.

La clé est que seul le médecin qui effectue la PCR connaît la clé, qui est automatiquement générée par le système de santé.

Plus nous l’avons installé, mieux c’est.

L’application utilisera le protocole DP-3T (Decentralized Proximity Tracking pour préserver la confidentialité), qui est en principe le plus garant des droits des utilisateurs. Dans cette ligne, il n’utilisera pas de géolocalisation GPS, puisque cette fonction sera remplie par Bluetooth lui-même, qui, grâce à un nouveau protocole, sera utilisé pour la première fois pour mesurer les distances.

Comment la confidentialité est-elle garantie?

L’application ne collecte pas le nom, l’email, la géolocalisation ou le numéro de téléphone de l’utilisateur, comme indiqué lors du démarrage de l’application.
Les alertes envoyées aux utilisateurs ne précisent pas quand et où l’exposition s’est produite.
Vous permet de choisir de désactiver le service à tout moment (avec la fonction « COVID Radar actif ou inactif ») ou d’arrêter d’utiliser l’application.

De quoi dépendra son efficacité?

Il n’y a pas de pourcentage minimum de la population qui doit la faire installer pour être efficace, comme l’explique le conseiller technique du projet, Pablo Rodríguez, mais cela pourrait aider à réduire l’impact de la pandémie de 30% si elle utilise plus de 20% de la population, comme l’explique le conseiller technique du projet, Pablo Rodríguez. Pour le moment, les téléchargements dépassent le demi-million.
A La Gomera, où une pandémie a été simulée afin de collecter toutes les informations possibles de l’outil, 61% des utilisateurs ont rapporté leurs positifs simulés, alors que « certains pensaient qu’il n’était pas nécessaire d’être un test pilote ». 78% l’ont signalé en moins de 24 heures et 83% ont continué avec l’application après l’avoir téléchargée.

L’application est-elle un substitut aux trackers?

L’application vise à compléter le travail effectué par les trackers manuels et donc, comme expliqué par le directeur du Centre d’alerte et d’urgence sanitaire, Fernando Simón, les communautés autonomes et le ministère de la Santé ont formé un groupe de travail, après avoir vérifié le disposition de chaque territoire pour le mettre en œuvre.

Le processus de mise en œuvre dans les régions autonomes nécessite un développement au niveau régional, et chacune d’entre elles devra définir son circuit de fonctionnement interne. La communauté autonome sera celle qui fournira aux utilisateurs le code qui, lors de sa saisie sur leur mobile, leur permettra de notifier les contacts avec lesquels ils ont agi ces derniers jours afin qu’ils puissent à leur tour contacter l’autorité sanitaire correspondante, et à leur tour doivent fournir le téléphone aux participants pour qu’ils puissent contacter l’autorité sanitaire. Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a exhorté mardi les autonomies à accélérer la mise en œuvre de l’application.

Plus d’histoire